jeudi 2 septembre 2010

Ramifications de Gÿorgy Ligeti par Bruno Maderna




Ligeti, fuyant la Hongrie soviétisée en 1956, lui, seul survivant de sa famille partie par la cheminée à Auschwitz, découvrit la musique sérielle et ce que les jeunes compositeurs de son âge étaient en train d'en faire. Curieux, il analysa les œuvres de ses collègues et se mit à faire tout autre chose.

Il est tentant de décrire la musique avec les outils de la peinture, de parler de couleurs, de texture, d'architecture. Une métaphore pour décrire les Ramifications, de 1969, serait le tissage. Ligeti parle des "voix qui se mêlent pour faire un brin de fil". Il tisse devant nous avec toutes les cordes des 12 instruments, 7 violons, 2 altos, 2 violoncelles, une contrebasse.


Comme dans "Continuum", ce long trille de clavecin que sa vibration rapide fait paraître immobile, l'illusion du mouvement est obtenu par des battements rapides de notes, auxquels se rajoutent des décalages de vitesses: chaque type d'instruments jouant des notes de durée différentes : 8 notes par mesure pour les violons contre 7 notes pour les altos, 6 pour les violoncelles, etc.

Ligeti ajoute un effet moiré à la trame en divisant les cordes en 2 groupes, accordés à un quart de ton de distance.

De temps en temps, un sforzando nous projette dans le métier à tisser, comme par un coup de zoom brutal.

Ce tissage s'arrête tranquillement, sans conclusion, sans éclat, sans effilochage.


Il existe deux versions, pour 12 cordes solistes et pour orchestre de chambre de cordes. C'est celle-ci que son ami Maderna dirigea au festival de Hollande l'été 1973, avec les cordes du Concertgebouw, peu avant sa propre mort. Un concert était consacré au compositeur hongrois pour ses 50 ans. La radio hollandaise n'a pas publié "Atmosphères" joué aussi ce soir-là.

Martine Cadieu, présente au concert raconte: "Lorsque les lumières s'allument, à l'entracte, le public debout applaudit, bras levés. Près de moi, Ligeti a les yeux pleins de larmes."

Ramifications en flac

Ramifications en mp3

7 commentaires:

  1. Merci pour ceci. Ligeti dirigé par Maderna. Rien mieux!

    RépondreSupprimer
  2. Fantastique! Interprétation fourmillante, palpitante. Merci Daniel! LC

    RépondreSupprimer
  3. Apocalypse...

    Nuit de cendres, opaque, oppressante, suffocante, nauséabonde...

    Hémorragie noire.

    Tourbillon d'insectes immondes, danse de Bacchantes,silhouettes fantomatiques, ivresse macabre, froissement d'ailes hystériques, pullulement bistre, coïts compulsifs, formes hallucinantes, grouillement palpitant...

    Turbulence électrique, tumulte assourdissant, tension extrême, agitation paroxystique...

    Souffle coupé, silence vertigineux, abyssal...

    Aurore blême, blafarde, dévoilant une terre exsangue où seuls dans les restes calcinés, les cloportes vainqueurs tissent leur mécanique et extatique ronde.

    Lorange

    RépondreSupprimer
  4. Juste un premier tour du regard sur le blog, quelles richesses, je crois que je vais revenir et en faire profiter quelques amis mélomanes et curieux!
    Merci

    RépondreSupprimer
  5. sur Flickr .. une bien belle ballade du Nord au Sud ..!

    RépondreSupprimer
  6. est-ce bien l'endroit approprié, mon cher Patrick?

    RépondreSupprimer
  7. Hi! Great blog. I've just added you to my favorite blog's list.

    Check please my new blog about contemporary music, which can be of your interest:

    http://todaunavidacomponiendo.blogspot.com

    If you like it, ¿could you add it, please, to your favorite blog's list?

    Thanks

    RépondreSupprimer